13 janvier 2005

Cultiver un talent d'agrément et y puiser une sérénité d'esprit

           


J'adore lire. Si je pouvais, je lirais beaucoup plus. Et si je pouvais être payé pour lire, ça serait génial. Je trouve difficile qu'il y ait tant de choses à lire et de savoir que de mon vivant je ne réussirai à lire qu'une infime partie de tout ce que j'aimerais. Je dois admettre qu'un de mes problèmes est aussi que j 'aime lire à peu près tout. En plus je lis en anglais et en français. Ça en fait des choses à lire.  Je lis en ce moment Deux amours cruelles de Junichiro Tanizaki dont voivi un extrait:

...il entonna lentement et d'une voix assurée Kogo, le chant de la dame en fuite. Il respirait avec peine, me sembla-t-il, peut-être parce qu'il était un peu ivre. Sa voix manquait de sonorité  et de force, mais, bien posée, révélait un bon entraînement. L'aisance de son maintien accusait de longues années d'études musicales. En l'écoutant, j'admirais sa confiance et son laisser-aller devant un étranger et j'appréciais la sérénité de l'artiste oublieux de tout, sauf de son art. Cet homme était la preuve vivante que cultiver un talent d'agrément, même sans y exceller, n'est pas perdre son temps puisqu'on y puise une telle sérénité d'esprit.

Posté par ledanz à 03:44 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Cultiver un talent d'agrément et y puiser une

Nouveau commentaire